Mythologie

Le dragon est une des rares créatures figurant dans les mythologies et légendes populaires de quasiment tous les pays à travers le globe. Il est le plus souvent figuré sous l’aspect d’un serpent ailé avec une tête monstrueuse, recouvert d’écailles, armé de griffes et de dents pointues et crache des flammes, parfois gardien d’un trésor fabuleux.

De par le monde

Ambiguïté

Ils sont souvent vus comme l’incarnation des forces obscures de la nature ou de calamités naturelles, ou présenté comme un symbole du Mal et du chaos. Ils sont au contraire considérés comme bienfaisants dans d’autres cultures comme la culture chinoise où il incarne le yang, principe mâle du cosmos.

Pourquoi fascinent-ils

Trace de serpent dans le sableOn peut trouver maintes explications à la fascination des hommes de toutes les époques et de toutes les religions pour cet animal fantastique. Assurément, l’aspect du serpent, à la fois lisse et froid, glissant comme sur de l’eau et sinueux comme un mensonge, a inspiré nombre de conteurs ; sa morsure parfois mortelle a dû impressionner plus d’un homme, pour faire entre tous de cet animal le symbole du péché.

Serpent marin
Serpent marin

Cette métaphore aisée, qui le compare d’ailleurs à une femme, n’est pas si éloignée de la conception d’un dragon bénéfique et conseiller, tel qu’il est vu dans la philosophie chinoise notamment. De nombreuses légendes rapportent des transformations de femmes en serpents, et de serpents en femmes ; il y eu des Mélusine et des vouivres dans toutes les civilisations.

Cela étant sans doute lié à l’apparence ambiguë du serpent : un animal terrien mais qui se déplace sans membres, qui peut se faire amphibie à l’occasion et dont le sillon sablonneux ressemble à s’y méprendre au sillage tracé dans l’eau.

Nul doute que c’est le serpent qui a inspiré cette vision fabuleuse d’un être monstrueux associé à la puissance et à la peur. En dépit de ces origines communes, le dragon diffère d’aspect selon les mythologies.

Il est terrestre selon le folklore amérindien, sans doute apparenté au varan puisqu’il se déplace au sol et dévore le gibier ; aquatique et ophidien pour les légendes marines ; aquatique et aérien d’après les mythes asiatiques, qui le munissent d’ailes et lui font parfois cracher le feu ; aérien et terrestre en Europe où il crache souvent le feu, manifestant un caractère des plus belliqueux.

Les trois « âges » du dragon

On peut distinguer trois grandes étapes dans l’histoire des croyances liées au Dragon et que l’on peut qualifier d’âges du dragon. Ils correspondent aux stades successifs de :
  • Dragon cosmique, la force de la nature et par là même Dragon-Dieu
  • Le Dragon-gardien, principe qui veille et qui protège
  • Le Dragon maléfique, force du mal et du chaos.

Dragon cosmique, à la fois ange ou démon, serpent et oiseau… conflit mythique qui a toujours hanté l’imagination des hommes. Certaines légendes s’arrêtent à cette opposition. Ainsi il a été découvert une gravure préhistorique représentant le combat de l’Oiseau et du Serpent se disputant l’Œuf du Monde.

On retrouve en Egypte le combat entre Horus, le soleil mais aussi le faucon, et Typhon (ou Seth), le Dieu Serpent. En Inde, le serpent WKaliya combat WKrishna.

De même le soleil aztèque s’oppose au serpent. Dans la mythologie égyptienne, WApophis, le dragon des Ténèbres, était vaincu chaque matin par WRa, le dieu du Soleil.

En revanche, d’autres mythes réunissent ces deux forces, primitivement antagonistes, en un être hybride, appelé « serpent à plumes », comme WQuetzalcoatl, ou « dragon ».

 

Quetzalcóatl
Quetzalcóatl